​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

Pourquoi les hommes fuient ?, Erwan Larher

Challenge #varionsleseditions, février 2020 : Quidam


Pourquoi les hommes fuient ? c'est la quête d'une ado, la recherche de son père. Une rockstar. Elle l'a deviné quand sa mère a laissé échappé l'adjectif "musicien". Le comble, c'est qu'il a disparu de tous les radars. Même la presse n'arrive plus à lui mettre la main dessus.


Jane est une héroïne effrontée, qui s'accroche à ce paternel inconnu comme elle se démène au quotidien ; avec force. Le roman a une voix singulière ; la répartie de Jane est cinglante, c'est une jeune femme brute de décoffrage, sans filtre. Les chapitres alternent entre ceux qui parlent de Jane, à la 3e personne, et ceux où la jeune femme s'imagine la vie de son père, où elle recolle les morceaux, suppose un tableau. C'est alors un "tu" qui accompagne ces retours en arrière. Une narration originale qui fonctionne parfaitement, et permet de renforcer le doute, la supposition. Le point de vue est toujours biaisé, jamais nous n'avons de regard omniscient sur ce père absent.


À coté de cette quête, il y a aussi un décor qui n'est pas sans rappeler froidement celui qui se dresse aujourd'hui. Là encore, tout semble flou, on ne sait jamais vraiment quoi pourquoi mais on entend que la société va mal, manifestations, grèves et débordements. Il y a aussi ce phénomène à la limite du paranormal mais qui n'inquiète pas plus que ça, ces chargements de pages web qui ne se font plus, ces infos qui ne coïncident pas d'un écran à l'autre...


Tout au long de ma lecture, j'ai eu bien du mal à me faire un avis, et en refermant le livre bien davantage. J'ai aimé retrouvé chaque matin (lecture faite essentiellement dans les transports) l'avancée de Jane, j'ai aimé assembler et défaire le puzzle, comprenant bien que le but du roman, c'était la quête. Pourtant quelque chose m'a dérangée. Impossible de vraiment savoir, peut-être ce style oral, jeune mais qui ne fonctionne pas à chaque passage, peut-être autre chose, mais quoi... L'idée se formera peut-être avec le temps.

Ceux qui l'ont lu, qu'en avez-vous pensé ?





Et pour vous faire votre propre idée, voici quelques extraits :


"Il a fallu désincruster l'ego. Il y en avait partout : sous les ongles, dans le miroir, moutons dans les recoins de la conscience. Au bout d'un moment, il tombe tout seul, l'ego. Sec. Mort."

"[...] Personne n'a parlé. Je suis un secret. Une faute. Un regret. Doc pose sa grosse patte sur mon épaule.

- Je sais ce que tu te dis, mais c'est faux. La raison, elle n'a rien à voir avec toi.

Ouais, ouais, je vais essayer d'y croire...

- Tu fuis, toi, Doc ?

Il secoue sa grosse tête, le regard flou.

- J'ai passé mon temps à ça. Les mecs passent leur temps à ça. Les meufs font face, affrontent, assument, rentrent dans le lard. Nous, on met les bouts.

- Tu sais pourquoi ?

- Non, petite, j'en sais rien. Je sais juste qu'on s'en aperçoit trop tard."