​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

Mary Poppins, Pamela L. Travers [#varionsleseditions]

🎶SUPERCALIFRAGILISTICEXPIALIDOCIOUS🎶



Ce livre d’une très grande originalité graphique regroupe deux nouvelles du célèbre personnage de Mary Poppins, La maison d’à coté, et Dans l’allée des cerisiers, jusqu’alors inédites pour la traduction française. Précédées d’une préface de Thierry Beauchamps, le traducteur, elles sont remises dans leur contexte et l’on peut ensuite apprécier en toute connaissance de cause l’oeuvre de Pamela L. Travers. Encore plus intéressant, l’interview de l’auteure donné pour le Times en 1978, republié dans ce recueil. Il nous rappelle qu’elle n’a “jamais voulu écrire pour les enfants” et nous fait nous interroger sur la littérature de jeunesse et ses frontières. Je me souviens d’un cours très formateur où l’on étudiait les contes. Eux non plus n’étaient d’abord pas destinés aux enfants. Ils s’en sont emparés au cours des veillés, où les récits circulaient oralement et librement. Les bonnes moeurs les ont ensuite adaptés à ce jeune public. C’est d’ailleurs ce que rappelle Pamela L. Travers dans son interview. Je vous invite vraiment à la lire pour porter un regard nouveau sur cette oeuvre intemporelle.

Passés la préface et l’interview, voilà que je découvre les textes. Si j’ai toujours eu l’impression d’avoir connu Mary Poppins, d’avoir aimé ce dessin animé déjanté dans lequel les personnages ne tenaient pas plus en place que moi, obligée de faire mille bonds et pirouettes sur le canapé — ce qui est toujours le cas, je n’ai aucune patience devant la télé — je n’ai appris que tardivement qu’elle était d’abord un être de papier. Pour autant, je n’ai jamais eu envie de la découvrir de cette façon. Sa rigueur et sa fantaisie loufoque me paraissaient difficiles à imaginer. En fait, pas du tout. J’ai débuté Mary Poppins et la maison d’à côté, et le texte a tout de suite pris corps en mon esprit. C’est si imagé, les objets et les personnages prennent réellement forme alors que tout n’est qu’improbable ! Je me suis dessinée une Mary Poppins comme je l’ai lue à travers ces lignes, oubliées immédiatement toutes les représentations que j’avais pu voir auparavant. C’était la mienne, celle qui vivait dans mon imagination, et j’en étais ravie. Je ne peux que vous encourager tous à découvrir votre Mary Poppins, l’univers incroyable de Pamela L. Travers, cet univers débordant, cette écriture simple, ce récit bien mené, concis, qui ne semble en apparence pas sortir des sentiers battus et qui pourtant offre bien plus que ces simples mots alignés sur le papier.

Si je vous ai convaincus d’embarquer dans le quotidien surprenant de cette super nanny, je ne peux que vous recommander de le faire au travers du livre du Castor Astral. Sa mise en page est si belle, elle participe à la féerie, la magnifie. Les illustrations, le graphisme et même le choix des encres et du papier est un travail éditorial minutieux, qui réunit le texte et l’objet livre, et donne ainsi un ouvrage qui fait sens. Bien sûr, ma formation en édition m’y accorde une sensibilité particulière, mais je ne peux pas croire que vous resterez insensible à ses charmes. Voici quelques aperçus des pages intérieures pour vous faire succomber.

Et n’oubliez pas : SUPERCALIFRAGILISTICEXPIALIDOCIOUS !