​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

Même les méchants rêvent d’amour, Anne-Gaëlle Huon

Anne-Gaëlle Huon, c’est une auteure que je connais à travers les réseaux sociaux. Je connais son sourire, ses yeux pétillants et son optimisme à toute épreuve. Je la rencontre à Livre Paris en chair et en os, elle déploie une tendresse infinie et une bonne humeur contagieuse. La semaine qui suit, je m’empresse de la découvrir à travers ses mots.


Même les méchants rêvent d’amour, c’est la croisée de deux générations, l’amour infini et la confiance, le relai des souvenirs. Jeannine sent qu’elle a la mémoire qui flanche et avant de perdre dans les limbes son amour le plus fou, elle rédige sa jeunesse dans un cahier qu’elle confie à Julia. Jeannine et les pensionnaires de la maison de retraite, c’est la vie à mille à l’heure. Julia, c’est la vie devant elle et pourtant une restriction monacale, des plaisirs bridés, refusés. Ce choc des générations et des philosophies de vie nous entraine de bon coeur dans l’essence même de l’existence. S’affranchir, de soi-même d’abord, et des contraintes que l’on nous impose, des diktats. C’est drôle, c’est frais, c’est vivifiant. Pas une seule longueur dans ce roman qui joue avec nos nerfs, nous fait rire puis nous tient en haleine, chaque fois que l’on pense toucher du doigt une péripétie décisive, le chapitre s’arrête et le nouveau reprend dans un nouvel espace spatio-temporel. Le coeur se serre parfois mais l’optimiste d’Anne-Gaëlle inonde les pages et on n’a pas le temps d’être triste, pas le temps pour les remords et les regrets. C’est un roman qui s’avale d’une traite et qui donne envie d’agir. En quelques jours, il est déjà passé dans les mains de ma grand-mère, qui l’a terminé ce soir, et l’a aussi beaucoup aimé.


Anne-Gaëlle Huon est aussi à l’initiative du compte @paroles_de_grandsmeres qui recense avec délice les expressions les plus insolites de nos tendres aïeules. Quel plaisir, quand on a suivi les citations du matin, d’en retrouver quelques unes glissées dans ces pages ! D’ailleurs même ma grand-mère en avait entendu parler “au poste” (= à la radio). Fou rire garanti, et amuse-bouche pour le grand saut vers le délicat roman d’Anne-Gaëlle Huon. Pour vous mettre encore l’eau à la bouche, voici quelques extraits piochés dans Même les méchants rêvent d’amour, qui sort le 3 avril aux éditions Albin Michel.

Parce que ma tête prend l’eau, parce que mes souvenirs se grippent et que ma mémoire me file entre les doigts. (p.20)
Elle virevolte, jeune, légère, quelque part dans un souvenir. (p.39)
La Toussaint a laissé dans son sillage quelques bouquets fanés. (p.149)