​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

L’aube sera grandiose, A-L Bondoux

J’ai lu le dernier Anne-Laure Bondoux, un de ses énièmes romans pour la jeunesse au nom si féérique.

S’il ne vaut pas Tant que nous sommes vivants que j’avais beaucoup aimé, je repars avec plaisir pour de nouvelles aventures comme elle sait si bien nous en inventer et nous conter. On reconnaît son univers, ce qui nous plait tant, et on adhère immédiatement.

Les personnages un peu loufoques, au noms complétement décalés : ici, vous faites la connaissance de Nine, Consolata, Orion et Octo et leur mère déjantée. Vous passez de découvertes rocambolesques en révélations improbables. Vous souriez et avez le coeur qui bat tout à la fois. Des étoiles dans les yeux, de la magie, de la féérie, de jolies tournures de phrases que l’on a envie de noter comme des maximes, et du suspens.

Le livre ménage le suspens en alternant le récit de la mère de Nine, donc les péripéties, et le présent, le huit-clos des révélations présentes. C’est la stratégie pour ménager les effets de suspens, et ça fonctionne assez bien, donne une bonne dynamique au roman.

De plus, le livre est illustré. C’est la fille de Anne-Laure Bondoux, Coline Peyrony, qui finit d’achever le tableau et de nous emmener pleinement dans cet univers familial. On adore et on en redemande.

Bien que ce soit un roman jeunesse, que l’on doit a-do-rer à cet âge, ce fut tout de même pour moi une très belle lecture : j’avais hâte de rentrer à la maison pour retrouver mon bouquin et renouer avec les personnages.

Encore une fois, Anne-Laure Bondoux nous propose un joli périple.

“Eh bien, je ne sais pas si c’est encore possible de gagner sa vie en faisant des phrases, ma grande. Mais si ça te tient à coeur, tu dois essayer. Il faut toujours essayer.” p.172.