• librairieenfolie

Juin 2020 : Le Nouvel Attila



Le Nouvel Attila selon ses lecteurs


@manonlit_et_vadrouilleaussi a lu Adelphe d'Isabelle Flaten

@cathfd a lu Adelphe d'Isabelle Flaten

@b.a.books a lu Adelphe d'Isabelle Flaten

@b.a.books a lu Mendelssohn est sur le toit de Jiri Weil

@point.a.laligne a lu Mendelssohn est sur le toit de Jiri Weil

@b.a.books a lu Contre Amazon de Jorge Carrion

@leslivresdelouve a lu Contre Amazon de Jorge Carrion

@nina_a_lu a lu Contre Amazon de Jorge Carrion

@lavoiselle a lu Nouvelle de rêve de Jakob Hinrichs

@inci.pit a lu Marx et la poupée de Maryam Madjidi

@on_ne_lit_pas_a_table_ a lu Marx et la poupée de Maryam Madjidi

@femme.qui.lit a lu Marx et la poupée de Maryam Madjidi

@dis_moi_10_phrases a lu Marx et la poupée de Maryam Madjidi

@dis_moi_10_phrases a lu Dans ma ZUP de François Beaune et Fabrice Turrier

@sionbouquinait a lu Dans ma ZUP de François Beaune et Fabrice Turrier

@cath_lit_et_sort_aussi a lu Au delà de la pénétration de Martin Page


Le Nouvel Attila selon l'équipe de Varions les éditions


@madame.tapioca a lu Adelphe d'Isabelle Flaten

@margot.mci présente une sélection


Le Nouvel Attila selon son éditeur


Interview par mail avec Benoît Virot


D'Attila au Nouvel Attila

"Attila a eu trois vies : la première, en tant que revue et maison d’édition artisanale, diffusée par les moyens du bord, c’est à dire de la main à la main dans une centaine de librairies ; la deuxième en duo avec Frédéric, l’actuel tripode, avec une diffusion commerciale à grande échelle et un catalogue très centré sur les traductions. ; la plus récente, centrée sur les jeunes auteurs français (et francophones, ce sont même ceux qui nous ont apporté nos plus grand succès).  Parmi les succès notables sur lesquels j’ai travaillés depuis mes débuts, Fuck America d’Edgar Hilsenrath, traduit par Jörg Stickan et coloré par Henning Wagenbreth, a dépassé les 15 000 exemplaires ; même sort pour le Paris insolite de Jean-Paul Clébert en septembre. Côté premiers romans, vous connaissez petit-être Debout Payé de Gauz (50 000 exemplaires) et Marx et la poupée de Maryam Madjidi (Goncourt du 1er roman) ou Querelle de Kevin Lambert (prix Sade, finaliste du prix Médicis)."

"La maison travaille avec un permanent, une assistante de luxe (sans qui nous ne serions rien sur Instagram), un stagiaire de première, et une équipe de free lance réguliers pour le design, la correction, la presse et les relations libraires."

Des idées éditoriales et graphiques

"Au Nouvel Attila, on cherche d’abord à être surpris : j’aime les auteurs qui proposent un décalage de la vision, et du point de vue. D’où sans doute ma forte familiarité avec les auteurs venus d’ailleurs, dont j’ai l’impression qu’ils décentrent ma vision non seulement de la langue mais aussi du monde. Une bonne moitié de nos auteurs français réside ou a longtemps résidé à l’étranger.  Cette surprise renouvelée, cette rupture à chaque livre, permet de se remettre en cause à chaque livre et de toujours élargir sa manière de travailler, en évitant toute lassitude, toute habitude de travail. Et j’espère que les lecteurs éroderont le même type de surprises à chaque fois qu’ils prendront en main un livre de la maison."

Combien de titres publiez-vous par an ?

Comment les choisissez-vous ?

"Nous publions un peu plus d’un livre par mois, les Français dans l’unique collection Incipt, les étrangers à l’inverse dans une maquette spécifique à chaque livre. Comme tout le monde je crois, je suis très sensible aux premières lignes : mais moi, c’est le style qui l’accroche  un style qui vient me happer, me surprendre, me faire danser, et me hanter  Je cherche soit un style, soit un univers décalés, qui aillent au-delà de ce que je connais."

Le Nouvel Attila & le Collectif Anne Carrière

"Pendant six ans, j’ai accompagné des amis éditeurs de littérature et de sciences humaines au sein du « Collectif », source pour moi d’échanges intellectuels et humains, d’échanges de conseils aussi, d’aperçus sur d’autres manières de travailler, et enfin du plaisir de faire une fois par un une tournée commune des librairies au moment de la rentrée littéraire. Je m’y suis construit et j’y ai affermi mon goût pour la création française, qui a toujours existé au Nouvel Attila mais qui était moins développée. Depuis le 1er janvier, et la sortie du livre Au-delà de la pénétration de Martin Page, nous avons souhaité reprendre une totale indépendance afin de retrouver une prise directe sur notre diffusion et notre relation librairies… cela tombe bien, car ça a coïncidé avecune ouverture à la non fiction. Quand les caps économiques concordent avec les caps stratégiques, c’est toujours bon signe."

Un projet qui vous a particulièrement marqué ?

"L’aventure avec Gauz, refusé par le Seuil, refusé par Actes Sud, refusé par Gallimard, et qui était retourné vivre en Afrique en ayant renoncé à trouver un éditeur ! Quelle plus bel exemple de la littérature comme refus de la fatalité ? Tout l’enjeu de nos maisons, c’est de travailler (j’aurais même envie de dire : de « boxer ») sur le long terme pour accompagner auteurs, lecteurs, libraires, autour du projet le plus entier, le plus sincère et le plus exigeant possible ! Nous sommes vis à vis de l’auteur des accoucheurs, mais aussi vis à vis du patrimoine des explorateurs, et vis à vis du Texte des metteurs en scène. A partir du moment où l’on est fidèle au texte et à l’esprit de l'auteur, tous les moyens sont bons pour les faire accéder au public !"



Des projets à venir ?


"Le troisième roman de Gauz, Black Manoo, un premier roman québécois hénaurme sur la violence familiale, Chienne de Marie-Pier Lafontaine, un essai Contre Amazon de Jorge Carrion, et l’an prochain un sublime premier roman sur une histoire d’amour entre un ingénieur pétrolier et une psychanalyste sur fond de sagas islandaises et de marabouts africains, Offshore de Céline Servais-Picord (vous avez de la chance, j’en parle ici pour la première fois publiquement !)."


Merci à Benoit Virot, pour son enthousiaste et ses réponses rapides.

​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc