​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

J’ai toujours ton coeur avec moi, Soffia Bjarnadottir

C’est un petit roman tendre et profond sur le deuil. Les souvenirs et les regrets. Hildur perd sa mère, cette mère qu’elle n’a jamais su comprendre, cette mère un peu absente, toute à ses délires. Le deuil permet de repenser les liens, les siens avec sa mère, les siens avec son fils, quand Hildur a été mère à son tour. Les liens de Siggy, quels hommes peuplaient sa vie, il y en a-t-il seulement eu ? C’est un petit roman très poétique, très imagé, à la manière de la littérature islandaise. Et c’est ce qui me plait, cette écriture imagée, poétique, et crue à la fois, pour illustrer le trivial. La plume peut dire l’atrocité avec du beau. C’est une petite prouesse, des lignes qui donnent envie de vivre, rallument l’espoir dans le noir. J’ai beaucoup aimé embarquer dans cette contrée froide mais pleine de couleurs, dans ce deuil lumineux, dans ces bilans de vie. Des personnages apparaissent, comme par flash, puis disparaissent et reviennent quelques pages plus tard. Ils ont tous un petit air mystique, des mots choisis, frappant au coeur.


J’ai beaucoup aimé l’ambiance, la construction poétique, qui m’a rappelé celle de Le rouge vif de la rhubarbe, Ava Audur Olafsdottir, elle aussi islandaise et publiée aux éditions Zulma. Je crois que j’ai un faible pour la littérature islandaise…


Et vous ? Connaissez-vous la littéraire islandaise ? Avez-vous des titres à me conseiller ?


J’adore / Très bon / Bon / Livre de plage / Moyen / J’ai du mal…