​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

Et je danse aussi, Jean-Claude Mourlevat et Anne-Laure Bondoux

Je connaissais séparément les deux auteurs (surtout Le Combat d’hiver pour Jean-Claude Mourlevat, et Tant que nous sommes vivants pour Anne-Laure Bondoux -chronique à venir pour ce dernier ouvrage), ils avaient été presque des coups de cœur, en tout cas d’incroyables souvenirs de littérature Young Adulte. Quel enthousiasme j’avais de les découvrir ensemble, dans un roman destiné à un public d’adulte !

Un agréable roman épistolaire, une jolie rencontre entre un homme et une femme, entre deux générations, entre un écrivain et une femme de l’ombre. Réunis par une passion littéraire, ils le sont aussi par la vie, dont les tracas touchent tout le monde. Les petits tracas et les grands drames. Ils ont un lien au-delà de leur correspondance, que le lecteur découvre au fil des pages comme il ouvre un coffre au trésor.

Ce sont aussi deux auteurs qui communiquent entre eux, s’expriment et se comprennent sur leur métier, sur comment manier les mots et leurs fonctions. En cela le roman comporte de nombreux passages au travers desquels s’ajoute une dimension méta-textuelle ; une réflexion sur l’écriture et la lecture.

Où avez-vous puisé cette incroyable force ? J’aurais sombré je crois, plus encore que vous l’avez fait, et je ne serais jamais remonté de cet abysse. Ou bien alors peut-être en essayant de transposer cette souffrance dans mon écriture. L’art peut transcender, sublimer, nos malheurs devenant notre matière première. Enfance heureuse : malédiction pour un écrivain, dit-on ! (p.72)

Une écriture à deux mains. Comment ? Tout simplement par mails interposés, comme leurs personnages. Jean-Claude Mourlevat est l’écrivain Pierre-Marie Sotto, il l’écrit au rythme de sa réelle correspondance avec Anne-Laure Bondoux qui est quant à elle Adeline Parmelan. Une belle idée, originale. Une nouvelle façon de découvrir le travail d’écriture pour les auteurs, ainsi que se tourner vers un public adulte. Un challenge bien mené ! Ne sachant pas, à ma lecture, de quelle façon ils s’étaient lancés dans l’écriture à quatre mains j’essayais, tant bien que mal, de discerner la plume de l’un de la plume de l’autre. Il y a une réelle hégémonie, fusion. Un roman tout simple, qui recèle pourtant une intrigue inattendue, un roman tout léger et qui pourtant pourrait virer au drame, mais un roman parfait pour les moments de blues, un roman pour s’évader !


Mais personne ne présente aussi bien son livre qu’un auteur lui-même. Cliquez ici pour écouter Jean-Claude Mourlevat à la librairie Mollat !


J’adore / Très bon / Bon / Livre de plage / Moyen / J’ai du mal…