​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

Ensemble, c’est tout, Anna Gavalda



Un hymne à la vie !

Ce roman est un de mes premiers coups de cœur. L’époque difficile, charnière, dans la vie d’un lecteur : le passage des rayons jeunesses aux rayons adultes. On est un peu perdu dans le grand bain, et plus rien ne plaît, ni chez les petits ni chez les grands. C’est dans cette période délicate de transition que ma mère m’a proposé ce roman. À mi-chemin entre deux mondes. Un roman léger, écrit simplement, et un roman de grand quand même. J’étais été charmée. Mon premier coup de cœur.

Des personnages simples et touchants, dans lesquels on se reconnaît. Positif et plein d’espoir, ce roman n’en oublie pas pour autant d’être émouvant. Et la plume de Gavalda est un délice. Toute simple, elle sait mettre de jolies images sur le quotidien, des mots sur ce que l’on ressent tous. J’ai souvent eu envie d’interrompre ma lecture pour recopier quelques phrases, quelques mots qui savaient dire la vie, une image qui allait me suivre. C’est une écriture toute simple, et rapide, mais juste, touchante.

C’est une jolie leçon de vie et d’humanité. Un récit de tranches de vie, qui tente de faire cohabiter les générations. Le tout est explosif, un roman formidable. Les 600 pages de ce roman tout doux et piquant parfois passent beaucoup trop vite.

Cependant j’ai eu beaucoup de mal avec l’adaptation cinématographique. Privilégiez le livre !


L’agréable : vous l’aurez compris, j’apprécie ce roman pour sa simplicité, sa douceur, le réconfort qu’il est capable d’apporter dans les petits moments de mou, les petits coups de blues de l’hiver. À force d’en corner les pages, et de me suivre depuis quelques années, mon livre a l’odeur du vécu, et les la couleur jaune des étés passés. Cela ajoute à son charme, et augmente l’effet “rassurant”, “cocooning” de ce roman. J’aime me replonger dans ces tranches de vies, dans ces instants volés déposés sur le papier.


On aurait pu s’en passer : La stigmatisation. Oui, c’est un roman de Gavalda. Un “roman de gare” comme beaucoup se plaisent à dire. Oui, c’est un roman de gare, mais alors ? Dans son genre, il a un petit truc en plus, il sort du lot, il est mieux que les autres. C’est un roman de gare, qui nous apporte ce que l’on attend de lui, mais c’est un livre qui fait du bien, qui fait du beau simple du quotidien. Ne passez pas votre chemin à cause de cette étiquette. Ou alors si, passez-le s’il vous chante. Mais si cela ne vous déplait pas de jeter un œil dans cette littérature populaire, alors foncez, ce roman-ci est une petite pépite parmi les autres romans doux.


J’adore / Très bon / Bon / Livre de plage / Moyen / J’ai du mal…