​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

De tes nouvelles, Agnès Ledig

Quelle déception !

Si j’avais pris du plaisir à la lecture de Juste avant le bonheur et également de Marie d’en haut, j’ai été plutôt déçue des autres romans d’Agnès Ledig, mais je crois que cette fois-ci était ma dernière, je ne pense pas remettre le couvert avec cette auteure… C’est dommage, puisque certains de ces romans, et notamment son best-seller Juste avant le bonheur étaient prometteurs.

/!\ Je vais peut-être divulgâcher (le terme français pour “spoiler”, ils sont inventifs dans les néologismes à l’Académie Française, n’est-ce pas ?) un peu en décortiquant ma lecture, mais bon, vu l’incroyable suspense, rien de bien méchant.

De tes nouvelles reprend les personnages abandonnés dans On regrettera plus tard. Si l’on retrouve avec plaisir la fougue de la petite tornade de vie qu’est Anna-Nina, pour le reste, j’ai trouvé ça assez plat. Ce tome raconte les prises de conscience d’Eric et Gaël. C’est touchant, d’ailleurs, de voir toute cette petite famille qui se construit, s’apprivoise sans liens du sang. Les points de vue s’alternent et nous voyons les personnages grandir, comprendre, combattre. Au milieu de ces ascensions masculines, Valentine vit de nouveaux troubles. Enfin, quand je dis au milieu, c’est vraiment bien caché dernière tout ça… Car ce qui aurait pu apporter une tension narrative revigorante ne reste finalement qu’en surface, secondaire. Les mêmes questions tournent et retournent dans l’esprit de Valentine, on n’avance pas vraiment, ni dans la psychologie ni dans l’action. C’est dommage, puisqu’il y avait matière à. Mais du coup, je reste complétement sur ma faim et déconnectée de ces péripéties dont je ne parviens pas à saisir l’enjeu, puisqu’elles sont mal exploitées. Une très grosse déception de ce point de vue !

Allez, je concède aux vingt dernières pages une exaltation nouvelle, enfin de quoi nous faire tourner les pages le coeur battant de curiosité. Pourquoi devoir attendre les vingt dernières pages, puisque l’auteure en est capable ?

Pour ma part, je passe mon tour. Mais si vous avez envie de retrouver Eric qui lui retrouve goût à la vie, et de découvrir un peu plus Gaël, alors ce tome saura peut-être vous faire passer un bon moment.

Tulip’s Song :

Middle of the Road – The Pretenders

(vous verrez que ce titre s’impose assez vite à la lecture du roman)