​Inscrivez-vous pour ne pas manquer les actus
  • Icône Facebook blanc
  • Icône Instagram blanc

© Margot Mucci

  • librairieenfolie

Arcadie, Emmanuelle Bayamack-Tam [#RDE]

Un récit pour le moins original !

C’est un roman foisonnant, qui traite de mille et un sujets, soulève tout autant d’interrogations morales et politiques, sous une plume ironique à outrance.

C’est un projet ambitieux que celui de raconter une secte dans son intimité, et il n’a pas été si mal réussi. J’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, l’écriture étant très travaillé, ce n’est pas toujours fluide, le vocabulaire utilisé est peu courant, la syntaxe complexe, et l’ironie très présente. Le lecteur doit être très attentif. C’est drôle et cru, le texte s’ouvre sur une série de portraits laids. Oui, c’est cela, l’auteure fait du beau en racontant du moche. Artistiquement, c’est fabuleux. Le fil rouge de l’histoire, j’ai eu du mal à le comprendre. Au début, il faut s’accrocher, lire un peu hébété les passages crus et farfelus sur le végétarisme ou la liberté sexuelle qui tend à la polygamie. L’auteure ne s’encombre pas des bonnes moeurs, d’un lectorat qui pourrait se trouver “choqué” et au contraire, elle fait tomber tous les clichés et questionne les libertés, le genre, les normes sociales. C’est drôle et rafraîchissant, tout en étant très érudit et pleinement dans notre époque. Puis petit à petit, on s’en doute un peu, mais ça glisse doucement vers la tragédie. Et alors l’originalité et l’écriture hardie qui jusqu’alors définissaient le roman cèdent la place aux grandes réflexions. De très nombreux enjeux de société sont questionnés. On ne ressort pas totalement indemne de cette expérience littéraire. C’est un très beau projet, une lecture tout à fait étonnante et nécessaire mais qui par moment s’emballe un peu, “en fait trop”, et le romanesque nous éloigne du fil rouge ou insère quelques longueurs qui nous font dire “c’est dommage”. Une belle tentative, mais pas une totale réussite selon moi.

C’est un roman original, alors c’est un peu quitte ou double : soit tu adores, soit tu détestes. Pour ma part, je suis admirative, sans avoir été transcendée, j’ai un peu de mal à trancher ! À toi de te faire ton propre avis 😉


Une lecture pour le Prix Roman des Etudiants.